La pédagogie

Parce que nous avons toujours pensé qu'aucun enfant ne devait être laissé au bord du chemin, nous préférons penser que c'est à l'éducateur (ou institutrice, instituteur) de s'adapter à l'enfant et donc à la pédagogie utilisée de plier si l'enfant n'est pas ou peu réceptif.
La pédagogie dont nous aimerions vous parler découle des travaux de Maria Montessori et des dernières découvertes en matière des neuro-sciences. C'est pourquoi, nous allons d'abord vous parler de Maria Montessori (bien que d'autres médecins aient travaillés sur des sujets similaires), puis vous présenter une pédagogie qui découle de ses travaux et enfin, ce que nous ont appris les neuro-sciences dont font partie les sciences cognitives.

Maria

Maria Montessori (1870-1952) est une des premières femmes diplomées de médecine en Italie.
Tant d'articles ont été écrits sur elle que nous préférons vous renvoyer vers eux. Nous vous invitons donc à lire au moins les 2 articles suivants, le premier venant de l'association Montessori-France et le second de Wikipédia.

Association Montessori de France Wikipedia : Maria Montessori
La pédagogie dite "Montessori"

Le concept de Maria Montessori est qu'aucun individu ne peut en éduquer un autre, mais que l'individu lui même peut se développer seul au cours de ses périodes sensibles, s'il est bien accompagné et s'il a un environnement adéquat pour le faire.
Selon elle, il faut donc accompagner le développement naturel de l'enfant.
C'est pourquoi les classes dites de type "Montessori" proposent aux enfants plusieurs activités variées en un seul exemplaire. L'enfant va devoir patienter s'il veut faire une activité déjà utilisée par un autre. Il choisira lui-même son activité, ce qui le motivera et lui permettra de se concentrer pour finir cette activité.

Les neuro-sciences
Les mécanismes naturels

Les neuro-sciences nous permettent aujourd'hui de connaitre les mécanismes naturels d'apprentissage de l'être humain. Voici donc la liste des clés qui nous permettent d'apprendre facilement et rapidemment :

  • De l'attention (par le choix de son activité)
  • De l'engagement actif (car motivé par le choix de son activité)
  • Un retour d'information immédiat (si l'enfant se trompe, il doit pouvoir le voir tout de suite)
  • De la consolidation (par la répétition)

Aujourd'hui, avec le recul et les connaissances que nous avons sur les neurosciences cognitives, affectives et sociales, nous comprenons donc que les travaux de Maria Montessori remplissent une grande partie de ces critères. Il nous suffit d'utiliser ses travaux et de les adapter avec ces mécanisme naturels d'apprentissage et la linguistique française pour réduire l'échec scolaire au minimum, voire ne plus en avoir du tout.
Nous ne pouvons plus ignorer ces travaux et les pédagogies qui en découlent, très respectueuses de l'enfant et de son devenir.

La discipline dans une classe utilisant ce type de pédagogie

La discipline au sens ou nous la concevons aujourd'hui est inexistante dans de telles classes. Très tôt, l'institutrice ou l'instituteur montre aux enfants comment se mouvoir, parler, ranger sa chaise sans gêner ses camarades. De fait, il n'est pas nécessaire de parler de discipline, mais plutôt d'auto-discipline. En effet, les enfants font vite preuve d'une auto-discipline à laquelle les adultes sont eux-même parfois peu enclins.

Ils sont silencieux ou parlent bas pour ne pas déranger les autres qui travaillent près d'eux, s'ils se déplacent, ils vont contourner leurs amis assis au sol sur leur tapis en marchant doucement, ils vont ranger les activités qu'ils n'utilisent plus et laissent leur espace de travail propre...

Si le coeur vous en dit, vous pouvez demander à des personnes ayant mis en place ce genre de pédagogie dans leur classe de venir les voir un jour de semaine, afin de visiter cette classe en plein travail. Le maître ou la maîtresse seront ravis de vous ouvrir les portes et de vous montrer ce joyeux résultat calme.

Les expérimentations

Le Docteur Montessori a créé des écoles sur les bases de ses propres observations et de ses travaux et a écrit des livres. D'autres, comme Céline Alvares ont voulu non seulement mettre en pratique dans l'éducation nationale cette pédagogie, avec les éléments nouveaux apportés par les sciences cognitives, mais aussi en mesurer les effets sur les enfants. Les résultats ont été massifs et phénoménaux. Céline rapporte que les enfants qui avaient quelques mois de retard à l'entrée dans la classe, avaient au bout de 6 mois non seulement rattrapé leur retard, mais avaient aussi pris de l'avance!
Elle note aussi que "les familles ont rapidement noté chez leur enfant une capacité nouvelle à se concentrer, une autonomie importante, un grand sens social, et une certaine discipline que les enfants ne manifestaient pas auparavant."

Nous vous invitons vivement à aller voir sur le site de Céline les vidéos de sa classe de maternelle, les témoignages des parents, ainsi que les vidéos de ses interventions. Vous retrouverez tous ces liens sur la page "Expériences réussies" de ce site.

Citation
Lorsque l'école à été pensée et construite, on ne connaissait pas les mécanismes naturels d'apprentissage de l'être humain. Elle a été donc, construite sur des idées, des traditions, des schémas qui ont semblé intuitivement les plus corrects. A la lumière des sciences cognitives d'aujourd'hui, il faudrait repenser l'école, il serait souhaitable de la modifier en profondeur. Céline Alvarez

Selon Céline, l'école n'a pas été construite sur des connaissances scientifiques. Aujourd'hui, nous avons ces connaissances, utilisons-les.